Cheveux des Noirs Africains

cheveux lisses, Cheveux Naturels, Coiffures Africaines, Hydroxyde de Sodium, Tissage, Tresses -

Cheveux des Noirs Africains

de lecture - mots

En tant qu'africaine, Quel est notre rapport aux cheveux ?

'Prenez soin de vous et faites tout ce qui vous rend heureux - vous êtes belle, peu importe à quoi ressemblent vos cheveux !'

Maggie Mwanggi

Le chimique ça eut défrisé, mais aujourd'hui cela suffit !

Les cheveux sont devenus une véritable question politique à travers l'Afrique ! Cela fait des années que les défrisants chimiques, qui lissent les cheveux, sont populaires. Mais alors que le style de coiffure est souvent mis en relation directement avec l’environnement social et professionnel, certains considèrent que ces styles sont « non-africains ». Depuis plusieurs années, nous constatons certains mouvements des femmes qui militent contre le lissage des cheveux.

Jeunes Filles Lissage et Tresses

Lorsque nous écoutons le récit des femmes africaines, on entend souvent : « les dimanches étaient des jours de salon quand j'étais jeune. Dès l'âge de 10 ans, ma mère tressait ou me lissait mes cheveux pour l'école. Elle passait trois heures sur la tête de chacune de ses filles. Nous avons toutes eu une sœur avec un cuir chevelu plus sensible qui était la première à se précipiter vers le lavabo.

Nombreuses sont les femmes qui, bien qu’ayant lissé leurs cheveux pendant plus de nombreuses années, ont décidé de garder les cheveux de leur fille naturels pendant toute leur adolescence.

L'hydroxyde de sodium chimique qui est mis sur les cheveux pour décomposer leurs protéines, et qui les rend lisses est un processus douloureux qui laisse parfois des traces indélébiles en brûlant le cuir chevelu.

Bien que les cheveux africains soient polyvalents, avec un choix infini de coiffures, l'Afrique a été inondée de défrisants pour lisser nos cheveux crépus.

Mais les femmes commencent de plus en plus à se détourner de tous ces produits.

Les cheveux naturels, une arme politique ? Et les cheveux lisses, un trend social ? Parfois, mais pas tout le temps

Lisser ses Cheveux

L'auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie écrit que pour elle, « Commencer à se défriser les cheveux, c'est comme entrer dans une prison. Vous êtes en cage. Vos cheveux vous gouvernent. Et tu te bats continuellement pour faire faire à tes cheveux quelque chose de totalement contre-nature. »

Les cheveux noirs sont traités avec mépris depuis des années parce que les Noirs étaient considérés comme un problème. Pendant des siècles, les femmes noires du monde entier ont été victimes de discrimination en raison de leur couleur de peau, de leurs cheveux et de leur culture. Les attributs blancs - y compris les cheveux raides - étaient considérés comme supérieurs !

Il en reste encore des vestiges aujourd'hui. Lorsqu'une femme noire orne nos écrans, elle porte habituellement une armure ou a les cheveux droits et détendus.

Les partisans des cheveux naturels vont un peu plus loin - pour dire que les cheveux naturels sont un signe distinctif qui fait de vous un véritable Africain.

Mais il serait simpliste de croire que toutes les femmes qui lissent leurs cheveux ou portent des tissages le font parce qu'elles essaient d'être blanches. Cette réflexion omet totalement la question des pressions sociales.

Avoir des cheveux raides correspond aux tendances du monde scolaire, estudiantin et professionnel où pour se sentir appartenir à des cercles, lisser ses cheveux est un passage quasi obligatoire.

Cheveux Lisses

L’impression des femmes entrant dans la vie professionnelle est aussi symptomatique. Elles ressentent clairement le fait que de garder leurs cheveux naturels n’est pas un avantage d’un point de vue de leur avancement de carrière et promotions.

Pourquoi cette impression ? Il y a toujours un stigmate relativement fort autour des cheveux naturels. Ses détracteurs les plus sévères le considèrent comme un malfaiteur.

Même l'actrice kenyane Lupita Nyong'o, lauréate d'un Oscar en 2014, a déclaré à la BBC que lorsqu'elle a décidé d'arrêter de se lisser les cheveux et de tout couper, ce qui repoussait n'était pas si mal après tout.

« Je ne me souviens pas que ma mère disait que les cheveux longs et raides nous rendaient plus jolies. Nous n’avions pas non plus l'impression que nos cheveux naturels et touffus étaient inesthétiques. Pour elle, se lisser les cheveux signifiait simplement un gain de temps considérable pour se préparer le matin. C'était tout simplement pratique. »

Cela prend du temps et demande des efforts de prendre soin de ses cheveux naturels. Pour cette raison, de nombreuses personnes choisissent de lisser leurs cheveux ou de porter des tissages parce qu'elles ne savent pas comment en prendre soin.

L'éducation sur les soins capillaires est donc une nécessité. La perception que les cheveux naturels sont des cheveux mal coiffés doit évidemment être changée et malheureusement ce n’est évidemment toujours pas le cas.

10 conseils pour votre chevelure naturelle

Entrons dans le vif du sujet et prenons un à un les dix conseils indispensables pour passer d'une chevelure lisse à une chevelure naturelle sans avoir à se couper les cheveux.

  • Pour éviter les cassures, utilisez vos doigts au lieu d'un peigne.
  • Choisissez des styles qui n'ont pas besoin d'être changés tous les jours pour éviter les cassures.
  • Gardez vos cheveux bien hydratés. Plus vos cheveux sont secs, plus ils risquent de se casser.
  • Gardez vos pointes de cheveux bien cachées pour éviter qu'elles ne se dessèchent.
  • Coupez les pointes fourchues ou les pointes trop sèches.
  • Essayer d'obtenir les mêmes styles de coiffure que lorsque vos cheveux étaient détendus vous frustrera... Alors créez de nouvelles coiffures
  • Évitez la chaleur sur vos cheveux.
  • Utilisez les tissages, les perruques et les extensions de tresses avec soin. S'ils sont trop serrés ou portés trop longtemps, ils peuvent entraîner une cassure des cheveux et une alopécie de traction.
  • De nombreux produits capillaires prétendront favoriser la croissance et la résistance de vos cheveux mais cela n’est évidemment pas prouvé. Actuellement, les essais scientifiques n'ont pas encore prouvé qu'ils font plus qu'aider à la coiffure.
  • Une alimentation saine a un impact significatif sur la santé de vos cheveux

Retour à la Politique

Plusieurs femmes racontent que pendant de nombreuses années, elles portaient leurs cheveux sous les épaules et qu’il leur arrivait souvent de se faire arrêter dans la rue par des étrangers pour leur demander ce qu’elles utilisaient pour le cultiver. Beaucoup même n’hésitaient pas à y faufiler leurs doigts.

N’est-ce pas une sensation extrêmement désagréable ? La question : « Vous avez du sang blanc ? », étaient évidemment souvent posées ou alors, « Êtes-vous métissée ? »

Le fait qu’une femme noire puisse avoir de « bons cheveux », longs et sains, était quelque chose d’impensable, à moins qu'il n'y ait un parent blanc dans la famille pour aider à défriser ces boucles infernales.

En Afrique du Sud pendant l'apartheid, quand vous étiez un enfant métissé on vous faisait faire le test du crayon. Un crayon était enfoncé dans vos cheveux et si le crayon tombait par terre, vous étiez considéré comme blanc. S'il restait collé, vous étiez considéré comme "de couleur" (race mixte). Dans certains cas, les membres d'une même famille étaient classés dans des groupes différents et forcés de vivre séparément.

La chroniqueuse sud-africaine Danielle Bowler va jusqu'à dire dans « Eyewitness News » que : « si certaines femmes ne choisissent pas leur coiffure sur la base d'une décision politique manifeste, les choix qui s'offrent à elles sont eux-mêmes inéluctablement politiques ».

Elle note également que les cheveux peuvent être source de division. Le débat est souvent « réduit à une relation antagoniste simpliste entre les tissages et les cheveux naturels », dit-elle.

Mais dreadlocks, tissages et cheveux lissés, ont toujours été portés avec fierté par les femmes africaines quand bien même les cheveux africains sont divers et variés mais surtout, polyvalents et résistants. Nous pouvons faire des coiffures tressées comme aucune autre et pouvons orner ces tresses d’options quasi infinies.

Aujourd’hui, nous, les femmes noires, avons le choix et c’est ce qui importe. En fin de compte, le choix et la liberté de l'exprimer, c'est pour cela que celles qui nous ont précédées se sont battues.

Ceci dit, nous revenons et insistons sur le fait que les cheveux noirs ne peuvent s'empêcher d'être politiques.

Cheveux Naturels

Milisuthando Bongela, bloggueuse Sud-Africaine dit qu'il reste beaucoup à faire pour lutter contre la stigmatisation des cheveux naturels dans le monde.

« Les gens aiment généralement la façon dont je porte mes cheveux, je reçois souvent des compliments de gens de tous âges et de toutes races. Je ne me sens plus obligée de ressembler à un quelconque standard, mais tout le monde n'a pas cette expérience ».

« Les cheveux noirs sont traités avec mépris depuis des années parce que les Noirs sont devenus un problème, luttant pour sortir de l'esclavage et de l'oppression, pour s'intégrer dans la société, pour l'égalité des droits. Les cheveux noirs, c’est aussi ce qui nous rend noirs, ont lutté pour ces mêmes droits. »

« Cela étant, nos cheveux sont super parce qu'ils sont adaptables et que nous pouvons facilement les embellir, les allonger et les coiffer de mille et une façons. Les tissages existent depuis des milliers d'années, et ils ne sont pas venus avec les blancs. »

« Aujourd’hui, il est grand temps de créer des espaces de communication sûrs, sans jugement, sans division pour que nous puissions nous parler. »

« Je pense que la meilleure approche est de repenser les cheveux noirs naturels, de promouvoir leurs qualités positivement afin que les gens ne ressentent plus le besoin de changer leurs cheveux pour être associés à des modèles ou stéréotypes comme la beauté, le sexe, le succès, l'ambition et le professionnalisme. »

« En tant que noirs africains, tout ce que nous pouvons faire, c’est d’accepter nos caractéristiques et les aimer, c'est d’investir symboliquement sur leurs qualités que le racisme leur a enlevé. »

« Je n’essaie en aucun d’être blanc » insiste Milisuthando Bongela.

Pour certaines femmes, il est évident que leurs cheveux ne sont qu'un accessoire, et qu’ils ne les définissent en aucun cas.

Bien évidemment, à cause de notre histoire, il sera toujours question de 'race', mais ce que les gens ne comprennent pas, c'est que cette polémique ne fait aujourd’hui plus de sens. Certes, nous avons, par le passé, souvent mis les blancs sur un piédestal, mais l’obsession relative aux blancs tend à disparaître… toutes les femmes qui portent une perruque n'essaient pas d'être blanches.

D’ailleurs, ces considérations sont d’autant plus ridicules qu’à y regarder de plus près, l’on se rend compte que tout ce que nous faisons subir à nos cheveux, les femmes blanches le font aussi. Elles colorent, portent des perruques, lissent leurs cheveux et personne ne les accuse jamais d'essayer d'être autre chose.

Dire qu'une personne noire qui porte un tissage, est révélateur de son manque d'assurance, est franchement ridicule. Les femmes noires n’auraient pas tout simplement plus d’options, de choix, quant à leur style de coiffure, qui rendraient jalouses de nombreuses autres femmes J.

Comment osez dire que vos cheveux sont une définition de vous – cela est tellement réducteur qu’il est presque tentant de ne pas vouloir débattre de la question.

Cependant, le débat sur les cheveux doit avoir lieu, mais nous ne devons pas nous permettre de faire partie de celles et ceux qui porteraient un jugement négatif sur les femmes qui préfèrent porter un tissage plutôt que de garder leurs cheveux naturels.

Chacun fait c'quil lui plaît

Il faut que les insultes s’arrêtent, qu’on ne traite plus les femmes noires de Barbie. C’est inacceptable et cela doit cesser à jamais.

Ils ne font ça à aucune autre, ils le font aux femmes noires. Et si on discutait des raisons pour lesquelles les femmes juives portent des perruques ? Pourquoi les femmes blanches se colorent les cheveux ? Pourquoi portent-ils des tresses - essaient-ils d'être noirs ?

Nous devons arrêter de mettre les femmes noires dans une boîte, la société doit évoluer au-delà de ces considérations.


French